Passionné de Hardware et de Micro électronique.
Fondateur de l'association Hardwakening.fr, rédacteur et testeur.

Puisse le Hardware pleuvoir sur vous ...

Depuis le retour d’AMD sur le secteur des processeurs Desktop, Intel tente coûte que coûte de cacher les possibles difficultés rencontrées pour fournir des puces concurrentielles. Après une campagne marketing mettant en avant le gaming mais aussi des slides dénonçant les latences des RYZEN, la marque n’aurait plus vraiment grand chose sous le coude. La firme avoue en ce moment avoir perdu des parts …

… de marché conséquentes. Face aux très bons et concurrentiels RYZEN 3700X et 3900X, on trouve en face le I7-9700K ainsi que le I9-9900K. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Même si l’IPC, la puissance monocore et le potentiel d’OC sont plus grands, le tarif l’est aussi. Le fait de perdre en productivité, sur des applications pros multithreadées mises en avant par AMD, n’a pas dû aider la marque à redorer son blason. Les puces CoffeeLake, même refresh ne suffisent plus, les spécifications que pose la concurrence sont « imposantes » et sont même « tape-à-l’oeil ». Intel devrait riposter face au 7 nm des RYZEN avec du 10 nm, mais nous ne savons pas quand la production de masse sera engagée pour de nouveaux processeurs de bureau. Le constat est presque accablant, Intel étant obligé de sortir des I9-9900KS OC d’usine pour combler le manque de la gamme, c’est quand même quelque chose. 

"In general, if there is a CPU sale happening on the planet, we want to be involved in it. So we don’t look at any segment of the market and say, okay, we are going to walk away from that segment or that we’re not be interested there. We want to aggressively compete in all segments. As we have gone through the supply issue kind of in the last six to 12 months on the PC side, we had to walk away from some low-end mobile share as well as some channel desktop share. But as we continue to improve our supply situation, we’ll continue to get more aggressive there"

Jason Grebe, Intel.

La marque admet donc avoir un problème, la marque propose de devenir plus agressive sur les différents segments. Intel a aussi une stratégie concernant l’IA et compte bien rentrer rapidement dans le secteur des GPUs. La marque annonce que 70% des charges de travail comporteront de l’IA et qu’il est normal de se lancer dans le secteur. Intel se montre optimiste quant à son avenir, une position qui fait office de vitrine. Mais reflète-t-elle réellement l’état du marché et de la marque ? L’avenir nous le dira. 

"Yes. Sure. So our strategy on AI is pretty straightforward. We are going to start with our Xeon processor, which is our core product line. We’re going to build custom ASICs for training and inference to go compete directly against our competition. We’re eventually getting into the GPU business 1.5 years, two years from now. And we’re going to have a full portfolio products that could service whatever AI is required. And again, from a workload perspective, we’re extremely bullish on AI. We think over 70% of workloads over the next couple of years will have some type of AI.And our strategy at Intel is to have AI in all of our silicon products from the data center all the way out to the edge including our Movidius product lines at the edge all the way back into the data center. So we’re extremely bullish about our ability to compete here and gain back share"

Jason Grebe, Intel.​

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
lectus amet, vulputate, porta. ut ut dolor. accumsan elit.