Rédacteur en chef chez Hardwakening, je suis un passionné d'informatique à temps libre et novice de l'électronique. La mémoire, c'est cool.

Les reviews des processeurs Ryzen 3000 sont disponibles et nous avons enfin accès aux tests d’overclocking. Alors, réussite ou déception. Spoiler : douche froide. 

Le célèbre overclockeur Der8auer nous apporte des réponses précises via cette vidéo. Selon ses dires, les fréquences boost annoncées par AMD sont le maximum absolu. Au vu de la rareté des modèles qui en seront capables avec un refroidissement extrêmement performant (du watercooling custom à plusieurs centaines d’euros), le rêve du 5Ghz doit encore être repoussé. 

Ryzen

En pratique, le clockeur ne réussit pas à atteindre les fréquences annoncées. Il est à noter que le 3950X est toujours sous embargo, mais ne nous attendons pas à un miracle. Plusieurs CPU par modèle ont été testés, la moyenne étant de 4.4Ghz pour les Ryzen 7 et 9 et 4.3 pour le Ryzen 5. Il est dommage de voir que le marketing de AMD mène à de fausses conclusions. 

Selon ce graphique, nous gagnons entre 50 et 100Mhz avec les mêmes paramètres par incréments de 20°C. Pour le Ryzen 9 3900X testé, il aura fallu se situer en dessous de -60°C pour enfin obtenir la fréquence annoncée. Une grande déception. A 50°C, une température obtenable via un watercooling custom, la fréquence observée n’est que de 4.2Ghz. Aïe. 

Cette génération a toujours le droit à sa soudure pour permettre un échange thermique optimal. Le gain en température après un delid est négligeable, il n’y a donc pas de solution miracle pour gagner en fréquence. 
De plus, à cause de la disposition des DIE, il est probable que nous ayions des soucis de points chauds. En effet, à l’heure actuelle nos solutions de refroidissement prennent en charge un point chaud situé au centre. Le décalage pourrait ainsi entraîner des désagréments vis à vis du refroidissement. Avant de plus longues investigations, prenons cela avec des pincettes. 

Comme à son habitude, nous pouvons dire que AMD souffre d’une communication ratée mais aussi de leaks plaçant la barre trop haute. Il est indéniable que les consommateurs s’en retrouvent fortement déçus. Nous comprenons alors l’intérêt de prendre les rumeurs avec des pincettes. 

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
in Lorem sit commodo quis massa accumsan