Le marché des intra filaires est toujours présent malgré l’appel omniprésent du sans-fil, même si cela concerne une niche de passionnés. Ainsi, Nuforce et Massdrop ont collaboré pour lancer le EDC3, un modèle filaire à trois drivers à armature équilibrée et disposant d’un design over-the-ear.

Packaging

Cette paire d’intras est fournie avec un lot d’accessoires assez satisfaisant: deux câbles détachables – l’un tressé et l’autre standard – 3 embouts en silicone (tailles S, M, L) et 2 embouts en mousse (M et L, pas de taille S cependant) ainsi qu’une une housse de transport. Les deux câbles disposent chacun d’une prise mini-jack coudée solide ; le plus classique dispose d’une fonction kit mains libres pour passer les appels et permet de mettre en pause la musique, mais pas de fonction pour contrôler le volume ce qui aurait été un plus notable en utilisation smartphone. Il est regrettable également de ne pas avoir eu d’embouts en mousse de petite taille afin d’être vraiment exhaustif.

Ce sont des intras à destination des audiophiles en premier lieu, avec un port over-the-ear qui peut être déroutant pour les néophytes. Il n’est d’ailleurs pas possible de les placer autrement. La forme de ceux-ci est clairement inspirée des modèles Westone, avec une taille très compacte malgré les trois drivers embarqués. La couleur choisie par le fabricant oscille entre le noir et le bleu foncé, avec une légère transparence. Ainsi, sous certaines conditions de lumière, il est possible d’apercevoir l’intérieur et donc les composants électroniques. Sur les côtés internes des intra, on retrouve à gauche le logo « Massdrop » (devenue depuis peu Drop…) et à droite la référence du modèle « EDC 3 ». La housse est solide, compacte, et dispose d’un petit filet pour par exemple ranger un adaptateur USB-C / Lightning ou une paire d’embouts supplémentaires. L’apparence de ces intra reste très discrète, seul le port over-the-ear fait ressortir le côté davantage « geek » de ce modèle, et peut être aussi le câble tressé.

Qualité de son

La signature est équilibrée et ne fait pas ressortir une fréquence en particulière. Cette linéarité est nuancée par des médiums musicaux qui donnent de la vie à ces intra. Les basses sont typiques des drivers à armature équilibrée (BA en anglais pour balanced armature) et manquent de profondeur et de naturel ; cette lacune peut être partiellement comblée en utilisant les embouts mousses et en modifiant l’EQ dans les basses fréquences. Les mediums sont de bonne facture et mettent bien en lumière les voix et instruments à corde avec un rendu naturel et réaliste. Les aigus sont bien définis et bien placés : ni trop en retrait ni trop mis en avant. Ils peuvent monter haut sans pour autant créer de sifflements. Ce subtile équilibre s’accorde avec une bonne variété de musiques, que ce soit du classique, jazz, reggae, rock ou encore du blues, et qu’il s’agisse d’enregistrements modernes ou anciens. Le côté technique n’est pas en reste avec une clarté qui offre un son transparent, une largeur de scène qui permet de ne pas se sentir à l’étroit, et une séparation des instruments/voix efficace pouvant détacher chaque partie du mix audio plus facilement. Aussi, le son n’est ni trop agressif, ni trop mou. En bref la polyvalence est de mise. 

 

A l'usage

La taille très compacte et le nombre d’embouts permettent à une bonne majorité d’utilisateurs d’obtenir un excellent confort. Le câble tressé offre un meilleur confort derrière l’oreille que le câble classique, grâce à une mémoire de forme plus fournie, mais ne dispose pas d’un micro ni d’un bouton pause/appel. Le choix se fera entre un aspect fonctionnel plutôt audiophile sur un DAP par exemple, tandis que le second aura davantage d’utilité sur un smartphone. A noter que le câble avec kit mains libres a tendance à s’enrouler facilement ce qui peut s’avérer agaçant si vous manipulez souvent le câble (par exemple pour mettre ou enlever régulièrement un DAP ou un smartphone dans sa poche). Le câble tressé est donc plus confortable derrière l’oreille, mais présente également l’avantage de s’emmêler moins facilement. L’isolation (passive) est bonne et supprime une bonne partie des sons environnants ; avec une moitié de volume sur un iPhone 7 (moyennant adaptateur) et de la musique dynamique, on entend peu les bruits parasites. Les embouts en mousse fournissent une isolation encore meilleure. Par ailleurs, aucun micro-frottement (« microphonics« ) n’a été constaté à l’usage. Enfin, la housse se glisse facilement dans une poche de veste et encore plus dans un sac. Notons que des soucis de fiabilité ont été reportés sur le site drop.com : une des oreillettes ne fonctionne plus ou alors un sérieux problème de volume. Ce n’est pas le cas de notre exemplaire testé sur plusieurs mois.

edc3 vs shure SE125M+

Les Shure proposent un son plus basseux et chaud que les EDC3, au détriment de la clarté et de la transparence ; elles sont également un brin moins techniques. Le câble spécifique à la version « M+ » des célèbres SE215 était très moyen sur le plan du confort, avec une mémoire de forme peu efficace (le câble ne restait pas forcément bien en place et avait une tendance agaçante à dépasser l’oreille). Le câble tressé des Nuforce est bien plus stable et confortable que son homologue Shure. Pour du jogging les EDC3 sont un meilleur choix si l’on regarde uniquement les câbles standards. 

CONCLUSION


En conclusion, les EDC3 proposent un son polyvalent, une très bonne isolation, ainsi que deux câbles et une housse solide. On peut regretter des subbasses peu fournies (bien qu’il soit possible de modifier l’EQ), ainsi qu’une troisième taille manquante  pour les embouts en mousse, et peut être une fiabilité sur le long terme à vérifier. disponibles à la vente uniquement sur le site officiel pour la modique somme de $100 HT.

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
felis Aenean amet, commodo neque. Donec