Audiophile prolétaire étudiant en mathématiques, passionné de hardware et de jeux vidéos, officiellement rédacteur audio, officieusement rédacteur toutes sections.

Aujourd’hui nous inaugurons notre section test d’écran avec le AOC Q3279VWF, un des écrans 1440p les plus abordables du marché, et disponible aux alentours de 200€ à l’heure de la rédaction. Ses caractéristiques semblent l’orienter vers une utilisation plus contemplative que gaming compétitif.

CARACTÉRISTIQUES ET DESIGN

Possédant une dalle de 32″ VA en 1440p cet AOC n’a pas pour but d’être un étalon de réactivité dans les jeux compétitifs. Sans 144Hz ni G-Sync, si votre but est de jouer de manière très compétitive il va falloir passer votre chemin. Il compense cependant ces lacunes par ses autres caractéristiques lui offrant notamment une très belle qualité d’image. Et chez Hardwakening nous apprécions particulièrement les dalles VA pour leur contraste élevé, malgré le malus en réactivité qu’elles apportent souvent.

  • 2560×1440 (WQHD)
  • Dalle MVA
  • 32″ 16:9
  • 75 Hz
  • Freesync

Au niveau de la connectique on retrouve un port HDMI et Display Port, qui couvriront 99% des utilisations, mais on peut aussi observer la présence d’un port DVI et VGA… pour ceux qui en trouveront l’intérêt. Notons aussi la présence d’une prise jack pour récupérer le flux audio via votre écran (on vous le déconseille).
Par ailleurs, l’écran n’intègre pas de hauts-parleurs, ce qui n’est pas vraiment dérangeant au vu de la qualité de la majorité de ces derniers.

D’un point de vue purement design le Q3279VWF se veut rester sobre, avec ses bordures assez présentes. Néanmoins la grande taille de la dalle permet de réduire leur visibilité.
L’arrière de l’écran est en plastique effet « alu brossé », le budget n’était probablement pas là pour réellement mettre de l’aluminium, il en va de même pour le pied imitation aluminium. Cela donne tout de même un rendu global acceptable même si l’absence de matériaux premium se fera ressentir chez les personnes exigeantes.

ERGONOMIE et qualité de fabrication

L’ergonomie se veut très sommaire, il est seulement possible d’incliner un peu vers l’arrière la dalle. Pas de réglage de la hauteur ni de rotation en mode portrait disponible. Encore une fois c’est sur ce genre de détails que le côté « budget » de l’écran se fait ressentir.
Pour ce qui est de la qualité de fabrication, comme dit précédemment tout est en plastique. L’écran se met à chauffer un peu après plusieurs heures d’utilisation ce qui a entraîné une déformation du plastique aux alentours des boutons de l’OSD (OnScreen Display) comme vous pouvez le voir sur la photo. Cela reste léger et n’altère absolument pas l’utilisation de l’écran… mais laisse tout de même un arrière goût amer dans la bouche.
On ne peut cependant pas vraiment en attendre beaucoup plus pour un écran arborant ces caractéristiques et ce placement tarifaire.

Le menu OSD n’est pas des plus pratiques. Très rétro dans la position des boutons, il est très facile d’appuyer malencontreusement sur le mauvais et de se rendre la navigation dans les menus frustrante. On aurait préféré par exemple le système de joystick qu’LG peut proposer.
Il reste néanmoins utilisable et on sait rapidement où trouver les informations.

La dalle possède un revêtement glossy, l’image en devient plus agréable à regarder car moins granuleuse qu’un écran avec un fort revêtement anti-glare. Cependant les reflets peuvent être vite dérangeants selon l’éclairage (fenêtre éclairée donnant directement sur l’écran).

QUALITÉ D'IMAGE

Toutes les mesures ont été effectuées grâce à une sonde i1 DisplayPro de X-Rite appuyée par le logiciel DisplayCal.
Nous effectuons des mesures de l’écran « out of the box » avant d’étalonner l’écran et reprendre des mesures une fois l’écran calibré pour voir ce dont il est vraiment capable.
C’est clairement dans cette catégorie que l’AOC Q3279VWF relève la barre.

Nous avons pu relever une couverture de l’espace des couleurs sRGB de 98.5% avec un volume de 114.6% du spectre sRGB. C’est un résultat  satisfaisant pour un écran sans gamut large (HDR), le spectre sRGB représentant la très grande partie du contenu disponible.
Vous pouvez observer ceci de manière plus graphique sur notre diagramme CIE xy ci contre.

Triangle de couleur: AOC | pointillés : espace sRGB

Le contraste avant étalonnage est élevé, affichant un ratio de 3370:1. On est plus de 3x au dessus de la majorité des écrans IPS et TN du marché, et au dessus de pas mal d’écrans VA. Un contraste élevé donne de la profondeur aux couleurs et permet d’avoir des noirs moins gris. C’est probablement la caractéristique la plus importante pour avoir une image qui plait à l’utilisateur.
Il est à noter que le contraste est la différence (en ratio) entre la luminosité du point noir et celle du point blanc. Ici, le point noir se situe à 0.077 cd/m² en pré-étalonnage et à 0.082 cd/m² en post-étalonnage.

La luminosité du point blanc relevée dans les paramètres par défaut (90 dans l’OSD) est de 260 cd/m². Lors de notre étalonnage nous visons une valeur de 250 cd/m², plus élevée que la norme d’impression de 120 cd/m², néanmoins nous considérons cette valeur comme étant plus représentative d’une utilisation normale.

Pour l’étalonnage nous avons réglé l’OSD à 87 de luminosité et passé les réglages RGB en personnalisé 50-50-43, tous les autres paramètres restants inchangés. Le contraste descend un peu mais reste quand même au dessus de la barre symbolique des 3000 avec 3031:1, ce qui est tout à fait normal étant donné qu’on a un peu baissé la luminosité.

Delta-E

Delta-E Non étalonné
Delta-E étalonné

Pour les mesures du deltaE moyen nous effectuons une moyenne sur 490 couleurs différentes. Nous affichons aussi les deltaE pour les couleurs primaires et secondaires, en prenant la moyenne de deltaE d’une couleur sur 20 tons différents. La formule de DeltaE utilisée est le DeltaE 94.

Le DeltaE (94) moyen relevé est de 2.50, ce qui représente une déviation des couleurs tout à fait acceptable, néanmoins on note une grosse déviation sur les rouges (jusqu’à plus de 9 de DeltaE sur le rouge le plus clair). La fidélité des couleurs conviendra à toute personne ne faisant pas de travail sensible. Et ces personnes n’auront pas de problèmes puisqu’ils étalonneront leur écran si ils ont vraiment besoin de fidélité.

Une fois étalonné l’écran se révèle être très fidèle, on tombe à une moyenne de 0.55, le rouge reste toujours un peu élevé mais ne dépasse jamais les 2, il devient totalement utilisable pour des personnes exigeant une importante fidélité.

 

Gamma

Gamma Non étalonné
Gamma étalonné

Le gamma en sortie d’usine reste très acceptable et ne présente qu’une hausse vers les tons très lumineux. Encore une fois on observe que cet AOC se débrouille agréablement bien sans modifications.
Après étalonnage nous arrivons à un résultat quasi parfait, rien à redire à ce niveau à part qu’on colle très bien la courbe de tonalité Gamma 2.2 désirée.

Température

Température non étalonné
Température étalonné

La température des couleurs est cependant bien trop froide, pour une moyenne de 7350K on se situe tout de même à 13% de déviation du point blanc voulu de 6500K. Surtout dans les tons sombres où les valeurs explosent. Ce n’est pas pour rien qu’à l’étalonnage on baisse autant le bleu dans les réglages RGB de l’OSD.
Heureusement l’étalonnage arrange tout et on colle la courbe de blanc désirée avec une moyenne se situant à 6453K soit moins de 1% de déviation.

Avec son contraste élevé et ses performances pré-étalonnage plus que convenables, en dehors du blanc en sortie d’usine un peu trop bleu, l’AOC Q3279VWF offre une qualité d’image impressionnante pour son prix et ses caractéristiques (WQHD 32″). Et c’est évidemment sans compter l’étalonnage le faisant approcher la perfection en terme de fidélité du sRGB.
Bien évidemment il n’est pas le meilleur écran du monde en terme d’image : Entre la 4K, le HDR et des technologies comme l’OLED ou autre on a encore de la marge. Néanmoins, pour 200€… chapeau.

UNIFORMITÉ RÉTROÉCLAIRAGE et ANGLES DE VISION

Pour mesurer l’uniformité du rétroéclairage nous divisons l’écran en une grille de 5×5 cases avant de voir via le logiciel DisplayCal et notre sonde de colorimétrie la luminosité de chaque case à différents niveaux de gris. Nous calculons ensuite la moyenne (en %) par case de déviation de la luminosité vis à vis de la case centrale pour générer l’image ci-dessous.

On n’observe pas de problèmes d’uniformité, même si certaines zones dépassent un peu les 10% de déviation, elles ne représentent pas une très grosse surface de la dalle.  Pour une dalle aussi importante (32″) le Q3279VWF se débrouille bien. Pas de fuites de lumières remarquables à signaler.

à voir pour les angles de vision

Réactivité et TEMPS DE RÉPONSE

Le temps de réponse (ou plutôt rémanence) représente le temps que les cristaux liquides mettent à passer d’une position donnée à une autre. Sachant qu’il existe 255 niveau de luminosité cela représente BEAUCOUP de temps de réponse. Pour plus de détails référez vous à notre article sur le sujet.

Nous représentons 30 transitions de gris dans nos mesures qui donneront une bonne idée de la réactivité globale de l’écran et de l’overshoot associé.
Pour ces mesures nous utilisons une sonde dédiée et son logiciel, tous deux faits maison, qui nous permettent d’arriver à une précision sous la milliseconde et de prendre automatiquement une très grande quantité de données.

Les différents paramètres d’overdrive sont utilisés pour voir leur impact sur le temps de rémanence et l’overshoot.

Overdrive Off

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Overdrive Weak

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Overdrive Medium

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Overdrive Strong

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

De base, l’écran ne possède pas le meilleur temps de rémanence possible. Avec une moyenne à 16ms et des valeurs au dessus des 50ms dans les transitions très claires. En pratique on ressent le ghosting, même sur des jeux relativement tranquilles. Sur des jeux nerveux cela peut devenir vite dérangeant.

L’overdrive existe pour justement pallier à ce problème de rémanence trop élevée. Nous avons à notre disposition 4 réglages. Off, Weak, Medium et Strong. On recommande d’utiliser le paramètre Weak qui permet de bien faire baisser la rémanence sans amener trop de reverse ghosting (overshoot trop important).
Les paramètres suivants sont à éviter, l’overdrive est tellement fort que les cristaux liquides vont beaucoup trop loin par rapport à la position désirée. Cela apporte donc du reverse ghosting tout en n’améliorant pas le temps de rémanence vu qu’ils doivent ensuite « revenir » dans la bonne position. Surtout le paramètre Strong qui rend l’image immonde dû au reverse ghosting. En Medium, le reverse ghosting est bien plus gérable même si tout de même présent.

UTILISATION, AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

En utilisation bureautique l’écran est très agréable. Avoir une dalle de 32″ en WQHD offre une grosse surface pour travailler, il n’y aucune gêne à mettre deux fenêtres côte à côte, voire plus. Il est important de noter que pour la productivité, la taille de l’écran ne suffit pas à caractériser la « place » disponible sur l’écran, la quantité de pixels est fondamentale et permet de définir la « vraie » surface de travail, la taille de la dalle ne va ensuite que déterminer la taille de ce qui est affiché à l’écran.
Le WQHD 32″ permet donc d’avoir une bonne productivité tout en n’ayant qu’un seul écran. Même si par moments on trouve quand même le haut de l’écran… haut. Une dalle plus haute pourrait devenir dérangeante, mais une dalle plus large serait encore plus agréable pour de la bureautique/travail (38″ 21:9 notamment).

Aucune gène à afficher 3 fenêtre simultanément sur une dalle aussi grande en WQHD

Pour ce qui est du contenu multimédia, notamment les films, la très bonne qualité d’image rend l’expérience particulièrement agréable. La grande dalle permet de couvrir une bonne partie du champ de vision en fonction de la distance à l’écran.
On préfère évidemment un 21:9 qui permet de supprimer les bandes noires. Néanmoins le gros contraste de l’écran les rend peu visibles, et lors du visionnage de contenu au format 16:9 (séries notamment) il n’y a évidemment pas de soucis à ce niveau là.

Dans les jeux nous considérons la résolution WQHD comme un bon compromis entre le 1080p obsolète et la 4K encore chère, ce qui concorde avec le placement tarifaire de l’écran. Sur un écran de 32″ le WQHD offre une densité de pixels similaire à un écran 24″ 1080p, soit 91.79 pixels par pouces. Les pixels ne sont donc pas « plus fins », néanmoins il y en a quand même 77% de plus, on trouvera de fait bien plus de détails dans l’image.
Quand il s’agit d’un jeu solo, contemplatif et beau, encore une fois la qualité d’image permet d’avoir une très bonne expérience de jeu. Évidemment on préfèrerait de la 4K, mais n’oublions pas la tranche tarifaire dans laquelle se situe cet écran.

Pour des jeux plus réactifs, compétitifs, les temps de rémanences peuvent vite devenir dérangeants et on a presque l’impression que l’image devient brouillonne dans certains jeux très nerveux comme Overwatch par exemple. On apprécie néanmoins la présence du Freesync et des 75Hz de rafraichissement qui permettent d’atténuer cet effet.

CONCLUSION

Au final, AOC a réussi un coup de maître en proposant un écran WQHD 32″ sous la barre des 200€ qui coche toutes les cases de qualité d’image. Même si la réactivité n’est pas toujours présente et qu’on sent le faible budget dans l’ergonomie et la qualité de fabrication, à ce prix là il est simplement impossible de faire mieux en terme d’image, et avoir un écran qui allie à la fois image et réactivité fait bien souvent multiplier le prix par 2-3.

Nous recommandons vraiment cet écran à ceux recherchant une très bonne qualité d’image sans se vider le portefeuille.

 

Avantages
  • Qualité d'image
  • Noirs très profonds
  • Pas de fuites de lumières ou autre défauts
  • Super rapport qualité/prix
Inconvénients
  • Temps de rémanence
  • Qualité de fabrication pas parfaite
  • Ergonomie simpliste

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Phasellus venenatis vel, massa mattis eget ipsum felis et, velit, facilisis tristique