33% Hardware, 33% Kikoojap, 33% TechnoMetal, 100% gaga des chats !

Les périphériques sans-fil ont le vent en poupe depuis maintenant plusieurs années et ne font que s’améliorer avec le temps : plus endurants, plus réactifs, plus design et plus abordables, la technologie a eu le temps de gagner en maturité. En bureautique, le sans-fil se révèle pratique notamment pour son côté nomade et permet de dégager les espaces de travail. De ce fait, certains constructeurs comme Cherry proposent des ensembles de clavier et souris sans-fil dédiés à la bureautique, tel le DW 9000 SLIM que nous allons tester aujourd’hui.

Présentation et packaging

Le pack Cherry DW 9000 SLIM comprend un clavier sans-fil low profile de type chiclet, couplé à une souris sans-fil très proche de la Cherry MW 8 Advanced que nous avons déjà eu l’occasion de tester. Les deux périphériques peuvent être connectés soit via une liaison Bluetooth 4.0, soit via une liaison radio 2,4 GHz avec un dongle USB commun aux deux appareils. Le clavier mesure 44,5 cm x 12,9 cm x 1,2 cm, ce qui est particulièrement fin. Il embarque une batterie de 650 mAh rechargeable via un port micro-USB. Le châssis externe est en plastique tandis qu’une plaque de métal via renforcer l’armature interne. La souris, ambidextre et compacte, reprend les mêmes dimensions et la même forme que la MW 8 Advanced. Ici pas de finition métallique, uniquement du plastique. On retrouve un capteur optique PixArt capable de monter jusqu’à 1600 DPI. La batterie de 550 mAh est également rechargeable via un port micro-USB.

Le bundle comprend une pochette pour la souris, un nano-récepteur USB pour la liaison radio, un câble micro-USB dédié à la recharge, quatre patins pour surélever le clavier et un sempiternel guide d’utilisation.

ergonomie et design

Nous allons nous pencher en premier lieu sur la souris car nous sommes en terrain connu. En effet, il s’agit à peu de choses près de la MW 8 Advanced déjà testée dans nos colonnes. D’un point de vue ergonomique, les deux souris sont strictement identiques. Mais les similitudes s’arrêtent ici. Que ce soit en terme de finition ou de capteur, de nombreuses concessions ont été faites sur le modèle de ce pack. Dites adieu à la coque en aluminium brossé et aux petites touches chromées : ici le plastique règne sans partage. Mat et légèrement granuleux, il a le mérite de ne pas retenir les traces de doigts et semble de bonne facture. Le design et l’ergonomie sont toujours aussi travaillés, avec une alliance de noir et de bronze (la couleur, bien évidemment) à la fois sobre et chic. Il est par contre regrettable de voir à quel point le plastique a tendance à grincer, notamment lorsqu’on fait pression sur les côtés.

On régresse également au niveau du capteur, avec un PixArt plus conventionnel, un cran en-dessous du PAW3805 Track on Glass présent sur la MW 8, qui avait le mérite de s’en sortir honorablement sur les surfaces vitrées. Ne tournons pas autour du pot : le tracking est vraiment médiocre, avec de la latence, de l’accélération et un manque flagrant de précision. Pour de la bureautique, ça passe… sauf si vous êtes exigeant. Et même si elle n’est pas destinée à cet usage, je préfère être clair à ce sujet : n’essayez pas de jouer avec cette souris, au risque de détériorer votre expérience vidéo-ludique. Vous pouvez modifier la résolution à la volée sur trois positions différentes : 600 / 1000 / 1600 dpi.

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à consulter notre test détaillé de la Cherry MW 8 Advanced.

Passons à présent au clavier et à sa principale qualité : son confort d’utilisation. Il est particulièrement silencieux à l’usage, même pour un clavier chiclet. La frappe, sans être molle, est douce et a du ressort. Les switchs SX élaborés en interne par Cherry sont annoncés avec une longévité de 10 millions de frappes par touche. Si vous êtes un habitué des claviers mécaniques et que vous n’avez plus touché un ordinateur portable depuis longtemps (ce qui est mon cas), il faudra reprendre l’habitude des touches chiclet et de leur travelling particulièrement court. Et le fait qu’il s’agisse d’un clavier slim n’arrange en rien ce phénomène. Mais c’est une pure question d’habitude.

Les finitions sont tout à fait correctes. Les touches sont gravées au laser, ce qui garantie une lisibilité maximale des caractères dans le temps. Elles sont recouvertes d’un revêtement doux au toucher… mais extrêmement salissant ! A contrario des gravures, ce revêtement aura vite fait de se dégrader et de finir brillant à cause du gras (naturel) de vos doigts. Si vous aimez travailler dans la pénombre, cela risque d’être compliqué, le clavier n’étant pas rétroéclairé. Vous devrez vous contenter de 3 petites LED sur les touches MAJ, NUM et DEFIL. Ces LED servent également de témoin de charge (elles clignotent quand la batterie est faible). 

Le châssis est quant à lui composé d’un plastique dur et granuleux sur le dessus et d’une coque en plastique « imitation métal » de couleur cuivre en dessous. L’ensemble est solide et ne se plie pas, même s’il est sujet à de légers grincements. Pour maintenir l’appareil en place, on retrouve 8 petits patins placés symétriquement sur la plaque inférieure. Ces derniers ne sont pas dépliables, mais vous pouvez malgré tout augmenter l’inclinaison du clavier en collant 4 patins plus épais fournis avec le clavier. Pour un ensemble clavier + souris vendu à 100€, je trouve que n’est pas très sérieux de la part de Cherry. Surtout qu’une fois collés, bon courage pour les enlever si vous voulez revenir à une position plus à plat… Au moins, le clavier est très stable malgré sa légèreté.

fonctionnalités et logiciel

Récurrent sur un produit destiné à de la simple bureautique, il n’y a aucun logiciel de paramétrage. Il faudra se contenter de la configuration de base des touches et faire sans macro. Néanmoins, le clavier n’est pas dénué de quelques petits gadgets.

Il possède notamment 6 touches multimédia dédiées à la bureautique : on peut ainsi gérer le volume (- fort, + fort, muet), lancer la calculatrice Windows, lancer le navigateur internet par défaut et verrouiller sa session. L’attention est louable notamment pour la calculatrice et le navigateur que l’on retrouve rarement sur un clavier. Pour peu que vous ayez besoin de ces fonctions, ces raccourcis vous permettront d’accroître légèrement votre productivité au travail. Il n’y aucune certification au niveau du rollover des touches et cela se ressent notamment si vous comptez jouer avec ce clavier : si vous appuyez sur trop de touches simultanément, le clavier n’arrivera pas à interpréter vos commandes et ne prendra pas compte certaines de vos actions.

Pour la communication entre vos appareils et votre PC, vous avez le choix entre deux différentes interfaces : une liaison radio 2,4 GHz assurée par un petit récepteur commun au clavier et à la souris, ou bien une liaison Bluetooth 4.0. Concrètement, cela veut dire que vous pouvez utiliser vos périphériques en alternance sur deux machines (l’une reliée par radio et l’autre par Bluetooth) en changeant simplement le mode de communication à la volée via de petits switchs placés sur les appareils. Pratique notamment pour la souris. Il est à noter que le nano-récepteur commun présente à la fois l’avantage de vous libérer un port USB et l’inconvénient de vous empêcher d’utiliser séparément vos deux périphériques via liaison radio.

La recharge des périphériques se fait via un port micro-USB. Vous pouvez continuer à les utiliser pendant la charge, mais il faut que le clavier ou la souris soit connectée : une utilisation uniquement par câble est impossible, on passe forcément par une communication sans-fil. C’est un détail mais il me semble important de le souligner. Car si jamais la batterie venait à mourir du jour au lendemain, votre produit serait inutilisable. En parlant de batterie, aucune autonomie n’est avancée par le constructeur. Il faudra se contenter de la capacité des batteries, soit 550 mAh pour la souris et 650 mAh pour le clavier. Pour vous donner un indice, la MW 8 Advanced est équipée d’une batterie avec la même capacité et son autonomie est annoncée à 70 jours.

conclusion

Avantages :

  • Très silencieux à l’usage et bonne ergonomie générale (clavier et souris)
  • Frappe du clavier douce et confortable
  • Présence de touches multimédia dédiées à la bureautique
  • Ensemble esthétiquement sobre et réussi
  • Double communication sans-fil
  • Pas de pile et autonomie (apparemment) élevée

Inconvénients :

  • Capteur et finitions de la souris médiocres
  • Clavier salissant, revêtement des touches peu durable
  • Pas de rétroéclairage des caractères
  • Patins non dépliables
  • Utilisation filaire impossible (clavier et souris)

Pour qui ?

Pour ceux cherchant un ensemble clavier + souris sans-fil silencieux, esthétiquement réussi, compact et endurant.

Bien que non exempt de défaut, ce pack bureautique de Cherry reste relativement convaincant dans l’ensemble, notamment le clavier. Il est surtout regrettable que la souris fournie ne soit pas au niveau de la MW 8 Advanced. Vendu à 100€, on aurait pu s’attendre à un ensemble un peu plus qualitatif de la part de Cherry. Reste à voir si cela est suffisant pour se démarquer de la concurrence, notamment face au géant Logitech…

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
libero leo. leo tempus ut elementum elit. dolor.