Passionné d'informatique et des nouvelles technologies depuis mon enfance, j'aime partager mes connaissances et apprendre de nouvelles choses.

Aujourd’hui nous allons tester un écran de chez Dell, le S3220DGF, un écran 32 pouces 1440p haut de gamme qui semble offrir des caractéristiques alléchantes, pour un prix plus que correct. Cet écran est-il l’affaire du siècle ? Est-il un bon allié pour du gaming ? On vous dit tout dans cet article.

CARACTÉRISTIQUES ET DESIGN

Possédant une dalle de 32″ VA en 1440p, cet écran de chez Dell propose une dalle incurvée mat avec une connectique très fournie. On retrouve ainsi un port DisplayPort 1.4, deux ports HDMI 2.0, ainsi qu’un hub offrant quatre ports USB 3.0 (deux accessibles à l’avant, deux à l’arrière), et enfin, deux sorties audio Jack. Enfin, l’écran peut être utilisé avec un support VESA 100×100.

L’écran est fourni avec un câble d’alimentation, un câble HDMI 2.0, un câble DispayPort 1.2 et un câble USB 3.0 Type B permettant de faire fonctionner le hub de l’écran. Petit point négatif cependant, comme dit précédemment, le câble DisplayPort fourni est en 1.2, or l’écran fonctionne en DisplayPort 1.4. La différence a son importance, et nous en reparlerons plus tard.

Caractéristiques
499€
  • Type de dalle : VA
  • Courbure : 1800R
  • Résolution : 2560 x 1440
  • Format : 32" 16:9
  • Compatible Freesync
  • Fréquence d'image : Jusqu'à 165 Hz
  • Connectique : 2 x HDMI 2.0, 1 x DisplayPort 1.4, 4 x USB 3.0, 2 x Jack 3.5mm
  • Poids: 7,63 Kg

L’écran n’intègre pas de hauts-parleurs, ce qui n’est pas vraiment dérangeant au vu de la qualité générale de ceux présents dans la plupart des modèles. On pourra toujours utiliser les prises Jack pour rediriger le son sortant de l’écran vers de vrais haut-parleurs, mais la qualité sera réduite. Le mieux restera donc d’utiliser directement la carte son de votre ordinateur.

L’écran dispose d’un port DisplayPort 1.4 mais comme dit plus haut, seul un câble DisplayPort 1.2 est fourni avec, ce que l’on trouve dommage. En effet, pour faire fonctionner les 165 Hz en Freesync, il est nécessaire de posséder un câble DisplayPort 1.4. Ainsi, de nombreux possesseurs de ce Dell nous ont fait remonter des problèmes avec ce câble, notamment avec l’écran qui devenait noir de temps en temps. Cela nous est arrivé régulièrement lors des tests en jeu. On trouve ça dommage qu’au prix de cet écran des économies semblent avoir été faites sur ce câble. Nous vous conseillons donc d’acheter un câble DisplayPort 1.4 si vous souhaitez profiter pleinement de cet écran en Freesync 165Hz, et ce rapidement après l’achat car cela deviendra vite peu supportable.

Les bords de l’écran sont assez fins, sauf celui du bas. Ce n’est pas une mauvaise chose, car cela permet d’avoir une bonne prise lorsqu’on veut incliner l’écran. On évite ainsi de poser ses doigts sur la dalle.

ERGONOMIE et qualité de fabrication

Dell nous propose ici un écran premium très bien fini. Lorsqu’on manipule l’écran on a un sentiment de qualité. Celui-ci ne tremble pas, le cadre et le pied sont solides. Le plastique utilisé semble être de très bonne qualité. On n’a pas senti de craquement lors de l’installation et de l’utilisation au quotidien.

Concernant son ergonomie, l’écran est inclinable de haut en bas, on peut également le monter et le descendre. Le pied intègre également un système de pivot à sa base, permettant ainsi de pivoter l’écran de gauche à droite sans souci. C’est un point très positif, qui manquait beaucoup selon nous au AOC Q3279VWF que nous avions testé auparavant.

Le menu OSD n’est pas des plus pratiques. Les boutons sont placés en dessous de l’écran à droite, comme la majorité des écrans, mais la prise en main est assez peu intuitive, ce qui fait que l’on a du mal à se déplacer efficacement dans les menus, qui sont assez bizarrement organisés. On aurait préféré par exemple le système de joystick qu’LG peut proposer pour naviguer. 

Outre ce détail qui ne sera pas rédhibitoire pour certains, l’OSD en lui-même souffre de quelques problèmes de traduction lorsqu’on l’utilise en Français. Par exemple, une option activée possèdera la mention « Sur » (on en déduit que c’est écrit « On » en anglais, et que le mot a été mal traduit). C’est un détail mineur, mais qui fait un peu « négligé ».

QUALITÉ D'IMAGE

Toutes les mesures ont été effectuées grâce à une sonde i1 DisplayPro de X-Rite appuyée par le logiciel DisplayCal.
Nous effectuons des mesures de l’écran « out of the box » avant d’étalonner l’écran et reprendre des mesures une fois l’écran calibré pour voir ce dont il est vraiment capable.
 

Nous avons pu relever une couverture de l’espace des couleurs sRGB de 99.6% avec un volume de 122.9% du spectre sRGB. 

L’écran est certifié HDR 400 et le site de la marque indique une « Couverture DCI-P3 de 90 % avec 1,07 milliard de couleurs ». Nos mesures pré-étalonnage donnaient une couverture de 87,1% du DCI-P3. C’est donc en-dessous de ce qu’annonce le constructeur, mais on peut remettre en cause la fiabilité de notre appareil. Toutefois il est intéressant de connaitre ce résultat.

Vous pouvez observer ceci de manière plus graphique sur notre diagramme CIE xy ci contre.

Triangle de couleur: DELL | pointillés : espace sRGB

Le contraste avant étalonnage est élevé, affichant un ratio de 3421:1. On est plus de 3x au dessus de la majorité des écrans IPS et TN du marché, et au dessus de pas mal d’écrans VA. Un contraste élevé donne de la profondeur aux couleurs et permet d’avoir des noirs moins gris. C’est probablement la caractéristique la plus importante pour avoir une image qui plait à l’utilisateur.
Il est à noter que le contraste est la différence (en ratio) entre la luminosité du point noir et celle du point blanc. Ici, le point noir se situe à 0.0795 cd/m² en pré-étalonnage et à 0.0687 cd/m² en post-étalonnage.

La luminosité du point blanc relevée dans les paramètres par défaut (75% de luminosité dans l’OSD) est de 272 cd/m². Lors de notre étalonnage nous visons une valeur de 250 cd/m², plus élevée que la norme d’impression de 120 cd/m², néanmoins nous considérons cette valeur comme étant plus représentative d’une utilisation normale.

Pour l’étalonnage nous avons réglé l’OSD à 65 de luminosité et passé les réglages RGB en personnalisé 100-97-98, tous les autres paramètres restants inchangés. Le contraste augmente pas mal, atteignant 3660:1. C’est un des meilleurs contrastes que nous avons obtenu sur les écrans testés chez Hardwakening, bien meilleur par exemple que l’écran AOC Q3279VWF que nous avions testé l’année dernière.

Delta-E

Delta-E Non étalonné
Delta-E étalonné

Pour les mesures du deltaE moyen nous effectuons une moyenne sur 490 couleurs différentes. Nous affichons aussi les deltaE pour les couleurs primaires et secondaires, en prenant la moyenne de deltaE d’une couleur sur 20 tons différents. La formule de DeltaE utilisée est le DeltaE 94.

Le DeltaE (94) moyen relevé est de 2.5, ce qui représente une déviation des couleurs tout à fait acceptable, même si on a vu mieux. Cette déviation est relativement identique peu importe la couleur, ce qui est en soi un bon point. La fidélité des couleurs est convenable à ce stade. Mais pourquoi pas l’étalonner pour avoir un rendu encore meilleur ?

Une fois étalonné l’écran se révèle être très fidèle, on tombe à une moyenne de 0.44, Cette fois-ci on constate que le bleu est un peu élevé mais l’écart reste minime. Cet écran est très fidèle en terme de couleurs, que ce soit avant ou après étalonnage, avec un DeltaE le plus bas une fois étalonné.

 

Gamma

Gamma Non étalonné
Gamma étalonné

Le gamma en sortie d’usine reste acceptable bien que globalement en deçà de ce à quoi on s’attend réellement. Ceci dit cette différence ne se ressent pas lors d’une utilisation quotidienne.

Après étalonnage nous arrivons à un résultat quasi parfait, rien à redire à ce niveau à part qu’on colle très bien la courbe de tonalité Gamma 2.2 désirée.

Température

Température non étalonné
Température étalonné

La température des couleurs est cependant bien trop froide, pour une moyenne de 7300K on se situe tout de même à 12% de déviation du point blanc voulu de 6500K. Surtout dans les tons sombres où les valeurs explosent.

Heureusement l’étalonnage arrange tout et on colle la courbe de blanc désirée avec une moyenne se situant légèrement au dessus de 6500K soit moins de 1% de déviation.

Avec son contraste élevé et ses performances pré-étalonnage plus que convenables, le DELL S3220DGF offre une qualité d’image impressionnante en sortie d’usine, qui approche la perfection après étalonnage en terme de fidélité du sRGB.

Bien évidemment il n’est pas le meilleur écran du monde en terme d’image, mais il reste parmi les meilleurs écrans utilisant une dalle VA.

UNIFORMITÉ RÉTROÉCLAIRAGE et ANGLES DE VISION

Pour mesurer l’uniformité du rétroéclairage nous divisons l’écran en une grille de 5×5 cases avant de voir via le logiciel DisplayCal et notre sonde de colorimétrie la luminosité de chaque case à différents niveaux de gris. Nous calculons ensuite la moyenne (en %) par case de déviation de la luminosité vis à vis de la case centrale pour générer l’image ci-dessous.

On n’observe pas de gros problèmes d’uniformité, même si certaines zones dépassent un peu les 10% de déviation, elles ne représentent pas une très grosse surface de la dalle.  Pour une dalle aussi importante (32″) le S3220DGF se débrouille bien.

Réactivité et TEMPS DE RÉPONSE

Le temps de réponse (ou plutôt rémanence) représente le temps que les cristaux liquides mettent à passer d’une position donnée à une autre. Sachant qu’il existe 255 niveaux de luminosité cela représente BEAUCOUP de temps de réponse. Pour plus de détails référez vous à notre article sur le sujet.

Nous représentons 30 transitions de gris dans nos mesures qui donneront une bonne idée de la réactivité globale de l’écran et de l’overshoot associé.
Pour ces mesures nous utilisons une sonde dédiée et son logiciel, tous deux faits maison, qui nous permettent d’arriver à une précision sous la milliseconde et de prendre automatiquement une très grande quantité de données.

Les différents paramètres d’overdrive (appelé « Temps de réponse » dans l’OSD) sont utilisés pour voir leur impact sur le temps de rémanence et l’overshoot.

Temps de réponse normal

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Temps de réponse rapide

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Temps de réponse super rapide

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Temps de réponse extrême

Temps de réponse
Overshoot (moyenne et maximum absolus)

Les temps de réponse en sortie d’usine sont très convenables, d’autant plus étant donné que l’on est ici sur une dalle VA, dalle réputée pour avoir des temps de réponses élevés. certains écrans avec des dalles possédant théoriquement un meilleurs temps de rémanence font moins bien que ce Dell S3220DGF.

L’overdrive peut être utilisé pour réduire davantage ce temps de rémanence. Nous avons à notre disposition 4 réglages. Normal, Rapide, Super Rapide et Extrême. On recommande d’utiliser le paramètre Super Rapide qui permet de bien faire baisser la rémanence sans amener de reverse ghosting (overshoot trop important).
Les paramètres Rapide et Extrême sont à éviter selon nous. Pour le réglage Rapide, les temps de réponse sont étonnament plus élevés que sur le réglage Normal. Pour le réglage Extrême, l’overdrive est tellement fort que les cristaux liquides vont beaucoup trop loin par rapport à la position désirée. Cela apporte donc du reverse ghosting tout en n’améliorant pas le temps de rémanence vu qu’ils doivent ensuite « revenir » dans la bonne position.

UTILISATION, AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

En utilisation bureautique l’écran est très agréable. Avoir une dalle de 32″ en WQHD offre une grosse surface pour travailler, il n’y aucune gêne à mettre deux fenêtres côte à côte, voir plus. Il est important de noter que pour la productivité, la taille de l’écran ne suffit pas à caractériser la « place » disponible sur l’écran, la quantité de pixels est fondamentale et permet de définir la « vraie » surface de travail, la taille de la dalle ne va ensuite que déterminer la taille de ce qui est affiché à l’écran.
Le WQHD 32″ permet donc d’avoir une bonne productivité tout en n’ayant qu’un seul écran. 

Aucune gène à afficher 3 fenêtres simultanément sur une dalle aussi grande en WQHD

Pour ce qui est du contenu multimédia, notamment les films, la très bonne qualité d’image rend l’expérience particulièrement agréable. La grande dalle permet de couvrir une bonne partie du champ de vision en fonction de la distance à l’écran.
On préfère évidemment un 21:9 qui permet de supprimer les bandes noires. Néanmoins le gros contraste de l’écran les rend peu visibles, et lors du visionnage de contenu au format 16:9 (séries notamment) il n’y a évidemment pas de soucis à ce niveau là.

En bureautique on constate une fluidité plus importante par rapport à un écran avec des fréquences plus basses. Le « ghosting », souvent présent sur ce type de dalle, ne se fait pas du tout ressentir ici grâce à cette fréquence élevée.

Dans les jeux nous considérons la résolution WQHD comme un bon compromis entre le 1080p obsolète et la 4K encore chère, et demandant une configuration beaucoup plus puissante et donc elle aussi plus chère. Sur un écran de 32″ le WQHD offre une densité de pixels similaire à un écran 24″ 1080p, soit 91.79 pixels par pouces. Les pixels ne sont donc pas « plus fins », néanmoins il y en a quand même 77% de plus, on trouvera de fait bien plus de détails dans l’image.
Quand il s’agit d’un jeu solo, contemplatif et beau, encore une fois la qualité d’image permet d’avoir une très bonne expérience de jeu. Évidemment on préfèrerait de la 4K, mais n’oublions pas les autres atouts de cet écran, que sont notamment sa fréquence et son prix plus que correct.

Pour des jeux plus réactifs, compétitifs, les 165 Hz offrent une immersion très impressionnante. Il est diffice de retourner à du 60 ou même 75 Hz après ça. La différence entre 144 et 165 Hz reste plus légère mais se fait quand même ressentir. On apprécie également la présence du Freesync.

HDR

Ce Dell S3220DGF dispose de la certification VESA DisplayHDR 400 (souvent simplifiée par HDR 400). Cela signifie que cet écran remplit certains critères de qualité d’image et de rendu de couleurs. mais quels sont-ils ? Et la différence est-elle vraiment là ?

L’activation de l’HDR se fait à travers l’OSD, et est « configurable » avec plusieurs modes. Dans Affichage, on a « Bureau », « Film HDR », « Jeux HDR », « DisplayHDR » et enfin « éteint ». La différence entre chaque moàde, comme la différence entre « activé » et « désactivé » est imperceptible à l’oeil. En effet, la norme DisplayHDR 400 est une des normes les plus « basses » de l’HDR, dans le sens où elle est ne demande que peu de critères, et des critères facilement atteignables pour une majorité d’écrans. Le seul « réel » critère qui peut apporter une différence est celui de la luminance, qui doit être à 400cd/m². Ainsi, on s’assure que l’écran sera bassez lumineux au besoin, par exemple si de la lumière rentre par la fenêtre. Mais c’est le seul point vraiment positif de ce HDR 400. On cherchera donc un HDR 600 ou encore HDR 1000 si l’on veut constater une réelle différence.

Si vous avez plus de questions concernant les différentes normes HDR,  nous vous conseillons ce très bon article de chez TFT Central (en anglais) qui vous expliquera en détail les différentes normes  existantes et leurs spécificités.

CONCLUSION

Cet écran qu’a sorti Dell en 2019 offre un design premium avec des caractéristiques plus qu’alléchantes : une dalle WQHD 32″ VA, avec 165Hz en Freesync. Tant d’atouts qui font que cet écran sera un bon allié, que ce soit pour de la bureautique avec sa grande diagonale, en traitement d’image grâce à son excellent rendu des couleurs ou encore en jeu avec ses bonnes performances. Cet écran n’est pas dans les premiers prix mais la différence en terme de prestations et de qualité est bien présente comparée aux autres modèles du marché. On regrettera ces quelques défauts minimes que sont les menus mal traduits et on notera également la présence d’un câble DisplayPort 1.2, point noir qui forcera les amateurs de Freesync à débourser une poignée d’€ supplémentaires pour exploiter pleinement le potentiel de cet écran.

Le S3220DGF se retrouve régulièrement en promotion aux alentours de 450 euros sur le site du fabricant, et était plus récemment (Juillet 2020) en promotion pour moins de 350 euros ce qui fait de cet écran un excellent rapport qualité/prix.

Nous ne pouvons que vous recommander cet écran. Vous aurez ici un périphérique durable ne faisant aucun compromis.

Avantages
  • Qualité d'image
  • Noirs très profonds
  • Rendu des couleurs et temps de rémanence très bons
  • Connectique bien fournie
Inconvénients
  • Câble DisplayPort 1.2 fourni au lieu de DisplayPort 1.4
  • Traductions des menus douteuses
  • Prix élevé hors promo

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Praesent suscipit ultricies efficitur. nec vel,