Rédacteur et chroniqueur. Je suis avant tout, un étudiant et un bidouilleur du dimanche.

Revenu en 2018, Mad Catz a repris des couleurs depuis. Un grand nombre leurs de périphériques incontournables ont eu droit à une refonte. La RAT 4 n’y échappe pas avec sa version +. Nous remercions par ailleurs le fabricant de nous avoir confié cette souris.

Caractéristiques
50€
  • Capteur: Pixart PMW3330
  • Nombre de boutons: 9
  • Résolution optique: Jusqu'à 7200 DPI
  • Dimensions: 38 x 109 x 87 MM (H x L x P)
  • Longueur du fil: 180 CM
  • Poids: 90 Grammes
  • Type d'alimentation: Port USB type A
  • Fonctionnalités: Rétroéclairage, Plug'n'Play, Logiciel complet

Packaging

Mad Catz fait attention à tout pour mettre en avant ses produits. Ici, nous retrouvons une boîte qui fait office de vitrine pour la RAT 4+. Hors cela, nous retrouvons un récapitulatif de la fiche technique de la souris à l’arrière.

À l’intérieur, nous retrouvons la Mad Catz RAT 4+, son manuel d’instructions, la fiche de garantie, ainsi que l’incontournable logo de la marque en stickers.

Design

La souris est disponible en 2 coloris : noir et rouge ou blanc et noir. Le périphérique casse les codes, et attire l’œil avec son design futuriste sur lequel Mad Catz a bien mis l’accent. Cela lui donne un charme particulier. En effet, de nombreux éléments de décorations sont présents dessus tels que le marquage à l’arrière. De plus, les câbles reliant le rétroéclairage ainsi que les touches latérales sont à découvert.

Cependant, ce n’est pas la première souris à le faire. En effet, elle reprend tous les codes de son modèle, la RAT 4. Le châssis est le même, la seule différence au niveau du design est l’utilisation d’un plastique plus lisse sur le dessus. Ce dernier attrape beaucoup moins la poussière et est bien plus agréable à l’utilisation.

ERGonomie

La souris est adaptée à tout type de prise avec l’arrière de la souris qui est réglable en longueur. Que ce soit en palm grip ou en claw grip, elle satisfera tout utilisateur. Cependant, si vous espérez l’utiliser de la main gauche, passez votre chemin. En effet, la RAT 4+ a été totalement pensée pour une utilisation de la main droite. De plus, la souris reste assez basse en hauteur par rapport à la moyenne avec ses 38mm, ce qui pourrait gêner plus d’un.

Dans la pratique, on ne peut pas reprocher grand-chose à cette souris. Elle se prend rapidement  en main, il sera nécessaire de régler la longueur correctement pour profiter d’une meilleure expérience. Le bouton « Sniper » (qui permet de diviser la sensibilité par 2) de la marque est toujours présent à proximité du pouce et reste très facile d’accès. Par ailleurs, la souris est équipée d’une molette qui a baissé en qualité par rapport à la RAT 4. En effet, cette dernière est bien plus bruyante et beaucoup moins fluide en termes de défilement.

Le capteur

Alors que les différences entre la RAT 4 et la RAT4+ sont minces, c’est le capteur qui marque le grand changement entre ces 2 souris. En effet, la RAT 4+ est équipée d’un Pixart PMW3330 alors que la RAT 4 d’un Pixart PMW3310. Les 2 capteurs ne sont pas mauvais, cependant, le PMW3330 revient souvent comme une référence, malgré qu’il entraîne un coût supérieur.

Pixart PMW3310

Pixart PMW3330

DPI

5000

7200

Accélération

30G

30G

IPS

130

150

La partie logicielle

Le logiciel est directement disponible sur le site de Mad Catz. Ce dernier reste à la fois simple d’utilisation et complet. Il est possible de reconfigurer toutes les touches de la souris au souhait de l’utilisateur.

Concernant la sensibilité, 4 profils sont disponibles pour la souris, il est possible de régler le DPI entre 50 et 7200 DPI.

Enfin, malgré que la souris présente un rétroéclairage, ce dernier n’est pas RGB, mais seulement rouge. Il est toutefois possible de changer l’intensité et l’effet appliqué.

Par ailleurs, la souris possède une mémoire interne. Cela signifie que les paramètres resteront même si le périphérique est branché  une autre machine.

Conclusion

Au final, pour un reboot de la souris, nous notons plus de points positifs que négatifs. Dur de faire beaucoup mieux, alors que la première était un succès. Par ailleurs, le prix peut rebuter, surtout que la concurrence reste nombreuse à ce tarif.

Partager l'article

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Newsletter Hebdomadaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
felis at leo Praesent mattis eget eleifend commodo tristique diam facilisis id